Apprentissage par le jeu vidéo en démarche de résolution de problèmes. (Volet 3 La démarche de résolution de problèmes)

L’apprentissage fait partie de notre faculté d’adaptation.  Mais comment optimiser l’apprentissage de manière efficace et efficiente ? Outre le matériel didactique traditionnel tels les livres ou les textes, le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) est en progression constante et de plus en plus utilisé comme support à l’apprentissage. De ce domaine des TI, les jeux vidéo est un média en contact diecte et omniprésent pour un large publique. Les jeux vidéo sont une voie possible pour inclure des objets d’apprentissages afin être le lien entre l’outil TIC et l’utilisateur pour de facilité l’apprentissage. C’est donc par les éléments ludique d’un objet d’apprentissage dans un jeux vidéo avec manipulation que les TICS seront en mesure de s’arrimer au milieu didactique de la pédagogie.

Cette recherche a pour but ultime de contribuer au développement des activités d’apprentissage dans la démarche de résolutions de problèmes avec l’aide des jeux vidéo. Les actions seront orienté sur les objets d’apprentissages et plus précisément sur ce qui est accompli par une personne en démarche de résolution de problèmes face à un objet d’apprentissage avec des activités de manipulation. Ce troisième article d’une série sur le sujet traite de la démarche de résolution de problèmes.

La démarche de résolution de problèmes

La démarche d’apprentissage est cruciale afin de bien comprendre l’activité de manipulation. Elle nous permet de comprendre le cheminement cognitif de la personne qui utilise différentes activités de manipulation afin de résoudre un problème donné. Comme base prenons exemple sur le ministère de l’Éducation du Québec institution gouvernementale qui encadre les règles sur l’éducation au Québec. La démarche d’apprentissage selon le ministère de l’Éducation du Québec a pour mission :

« D’aider les élèves à acquérir des connaissances, des habilités et des attitudes qui devraient leur permettre de continuer de connaître et de comprendre la matière qui les entoure(…), nous vous encourageons une démarche d’apprentissage s’apparentant à une technique de résolution de problèmes. »[5]

Le graphique suivant présente le cheminement proposé par le ministère. Cette démarche repose sur différents points de repère. Il est important de mentionner que le cheminement proposé n’est pas linéaire ou cumulatif, il peut comprendre des échecs, des erreurs et que « l’activité intellectuelle des jeunes en cause ne va pas nécessairement dans le sens des exigences relationnelles de cette démarche. »[5]. De plus, cette démarche n’est pas rigide et laisse la place à l’imagination et à la créativité. Elle est aussi reprise et soutenu par d’autre recherches [1,2,3,4,6].

demarresolu

Figure 1: Démarche de résolution de problèmes. [5]

 

Les différents points de ce graphique sont définis comme suit  :

-Définition du problème

Les points qui caractérisent cette étape sont : Les observations de l’environnement naturelle ou construite, les manipulations expérimentales, les mesures, les lectures, des projections de documents audiovisuels.  Ces points amènent chez l’élève un processus de questionnement. Cette situation apporte la personne dans un état appelé « déséquilibres cognitifs ». Tout d’abord la personne tente de cerner la problématique ensuite l’élève partira en quête de réponses à ses questions en rapport à la problématique posée. [5]

 

-Formulation d’hypothèse(s)

La personne émet des hypothèses qui lui semblent plausibles afin de résoudre la problématique. Ces anticipations peuvent être intuitives, relationnelles ou explicatives, il est important de mentionner qu’elles sont des solutions temporaires qui seront par la suite soumises à une vérification et une analyse plus exhaustive. [5]

 

-Cueillette de données

À cette étape la personne est en quête d’informations. Il rassemble des informations liées à la situation problème à l’aide de recherches et d’explorations dans différentes sources de données. Cette quête est obtenue notamment par des observations, des mesures, des manipulations expérimentales, des enquêtes, des recherches documentaires, etc. [5]

 

-Traitement des données

La personne structure, organise, classifie, compare et interprète les informations obtenues par rapport à son ou à ses hypothèses. Le tout, afin de résoudre la problématique. [5]

 

Conclusions

À la suite des différentes étapes effectuées par la personne dans sa démarche de résolution de problèmes, il conclut en portant un jugement sur la valeur de son ou de ses hypothèses et démontre les résultats de sa recherche sous diverses formes : rapports, modèles, lois, théories. De plus, la personne réalise une introspection sur l’ensemble de la situation d’apprentissage qu’il vient de vivre. Les acquis obtenus durant la démarche de résolution de problèmes pourront être réutilisés pour une situation d’apprentissage analogue. [5]

Dans ce contexte, les activités de manipulation seront utilisées afin de traverser les différents points de repère de la démarche de résolution de problèmes. Au niveau de la définition du problème, les activités de manipulation peuvent prendre la forme d’objectif dans le contexte d’un jeu vidéo. Dans la phase de formulation d’hypothèses, les choix possibles, les essais ou les actions pourraient être identifiés comme une activité de manipulation afin d’effectuer la formulation de la ou les hypothèses. Au niveau de la cueillette de données, les activités de manipulation seront sollicitées afin de faire de la recherche d’informations, des observations, des mesures, des manipulations expérimentales et des enquêtes. Lors du traitement des données, la personne devra réorganiser les informations obtenues durant la cueillette de données. Ces activités de manipulation se situeront au niveau de la lecture et de l’écriture afin d’effectuer la classification, la comparaison  et l’interprétation de son ou de ses hypothèses. Finalement pour ce qui est de la conclusion, la personne utilisera les activités de manipulation pour faire la synthèse des autres points réalisés précédemment. La conclusion regroupera donc un amalgame des activités de manipulation effectuées dans les points précédents.

Il est impératif de mentionner que par sa démarche de résolution de problèmes, le ministère de l’Éducation a tenté de simplifier la démarche effectuée par un élève qui apprend en appliquant ceci à une problématique qui l’intéresse. Cet apprentissage se fait graduellement par une initiation de l’élève à une méthode de travail basée sur une stratégie d’essais et d’erreurs, d’expérimentations et de répétitions. Le tout, pour lui permettre d’intégrer les habilités, les connaissances et les attitudes apprises au cours de son apprentissage et qu’il pourra réutiliser dans le futur. Il est donc crucial, d’assurer une flexibilité dans l’utilisation des activités de manipulation, car chaque démarche de résolution de problèmes bien qu’elle passe par tous les points mentionner plus haut, reste personnel à chaque personne d’ou la possibilité de différent style de jeux vidéo.

Par l’analyse de la structure par objectifs et la démarche de résolution de problèmes proposée par les programmes du ministère de l’Éducation, nous sommes à même de dresser un portrait général des plausibles manipulations qu’une personne devra accomplir. La démarche terminée nous permettra de réaliser les objectifs intermédiaires.  À chaque étape de la démarche de résolution de problèmes, la personne sera appelée à utiliser des activités de manipulation. C’est donc à ce niveau que les activités de manipulation sont dé-mystifiables et observables.

BIBLIOGRAPHIE

  1. [EduCause2016] Educase; 2016; NLII ( National Learning Infrastructure Initiative ); http://www.educause.edu/eli
  1. [GALLAGHER2000] GALLAGHER, Ann M., DE LISI, Richard, HOLST, Patricia C., MC GILLICUDDY-DE LISI Ann V., MORELY, Mary, CAHALAN, Cara, Gender Differences in Advanced Mathematical Problem Solving, Journal of Experimental Child Psychology 75, 165–190 (2000)
  1. IMS, ( IMS Global Learning Consortium, Inc. ), http://www.imsproject.org/
  1. [JEAN2003] JEAN, Martine, Description et analyse des stratégies d’apprentissage d’étudiants universitaires, Mémoire, Université Laval, Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage, 2003
  1. [MEQ2004] GOUVERNEMENT DU QUÉBEC MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION; Programme de formation de l’école québécoise Enseignement secondaire, premier cycle, 2003, Bibliothèque nationale du Québec, 2004
  1. [WISC2016] WISC, ( Wisconsin Online Resource Center ); 2016; http://www.wisc-online.com

 

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s