Survol des normes et modèles d’amélioration en génie Logiciels (CMMI)

Cet article d’une série présente un survol des avantages et désavantages de normes et modèles dans le cadre d’amélioration de processus en génie logiciel axé sur le cycle de développement du logiciel (SDLC = Software development Life cycle).  L’objectif est de donner une vue rapide de style sommaire exécutif afin de susciter l’intérêt aux normes et modèles d’amélioration en génie logiciel. Dans cet article, voyons le modèle d’amélioration CMMI.

CMMI®

Ce modèle d’amélioration de processus développé par le Software Engineering Institute/Carnegie Mellon (SEI) permet d’encadrer les pratiques de gestion de projet logiciel dans une organisation. Il contient des conseils sur les processus de qualité et est un cadre pour évaluer les pratiques en vigueur [SEI2010]. Le projet de la création du CMMI® fut enclenché en 1997 par une demande de revue des activités du Software Engineering Institute (SEI) faite par l’« Office of the Under Secretary of Defense » (OUSD) et par des intérêts exprimés par la communauté CMM®. Le CMMI® puise ces racines dans différents modèles. Ces modèles sont : Le « Capability Maturity Model for Software » (SW-CMM®) v2.0 draft C, le « Systems Engineering Capability Model » (SECM) et le « Integrated Product Development Capability Maturity Model » (IPD-CMM®) [SEI2010]. L’objectif de la création du CMMI® était de réunir sous un seul modèle plusieurs CMM® et d’être utilisé par des organisations désirant améliorer globalement leur processus.

Avantages du modèle CMMI®

Les avantages du modèle CMMI® reposent sur les gains obtenus des organisations ayant implanté le modèle [Gibson2006]. Il est un ensemble de bonnes pratiques adoptées par les praticiens dans le domaine du génie logiciel. Il octroie une valeur ajoutée pour les organisations ayant été certifiées à un niveau élevé de maturité ou de capacité. Il permet à une organisation de tirer profit des expériences et apprentissages faits ainsi que les expériences d’experts du domaine [Ferreiro2007 et Garcia2006]. Ces bonnes pratiques étant le fruit des expériences d’expert du domaine ont produit un CMMI® qui permet à une organisation de tirer profit des expériences et apprentissages faits par d’autres [Garcia2006]. Son contenu nouvellement révisé actualise le CMMI® aux exigences actuelles du domaine. Son contenu et zone de processus (PA) est facilement intégrable dans un environnement de production de logiciels. Comme ce modèle est fait de telle façon qu’il sert de guide pour conseiller une organisation afin d’améliorer ses procédés et sa capacité de contrôler le développement, l’acquisition, et l’entretien des produits et des services logiciel, il donne une grande liberté aux organisations dans leur interprétation des conditions. L’itinéraire d’amélioration par les différents niveaux de capacité ou de maturité qui structure la progression d’une organisation et la distinction entre les processus d’organisation et ceux de projet sont  des avantages de l’adoption du  modèle CMMI® [Mutafelija2003, Mutafelija2008].

Désavantages du modèle CMMI®

Les reproches faits au CMMI® sont premièrement qu’il est trop détaillé, chaque élément y est largement expliqué et détaillé les utilisateurs sont submergé d’information et s’y perdent.  [Mutafelija2003]. Chaque zone de processus (PA), buts spécifiques (SG), pratiques spécifiques (SP), buts génériques (GG) et pratiques génériques (GP) y est largement expliquée et détaillée. Deuxièmement, le coût élevé d’une certification CMMI® doit être justifié en fonction du bénéfice potentiel et réaliste d’une telle certification [Griggs2004]. Certains passent la facture à leur client en fonction de la valeur ajoutée d’avoir une certification, ce qui va à l’encontre du concept de « Total Quality Management » (TQM) proposé par W. Edwards Deming.

BIBLIOGRAPHIE

  1. [Ferreiro2007] Ferreiro Ferreira, Analia Irigoyen; Santos. Gleison; Cerqueira, Roberta; Montoni, Mariano; Barreto, Ahilton; Soares Barreto1, Andrea O. et Rocha, Ana Regina; 2007, Applying ISO 9001:2000, MPS.BR and CMMI® to Achieve Software Process Maturity: BL Informatica’s Pathway, ICSE 2007. 29th International Conference, 20-26 Mai 2007 Pages :642 – 651
  1. [Garcia2006] Garcia, Suzanne et Turner, Richard; 2006, CMMI® Survival Guide: Just Enough Process Improvement, Addison-Wesley Professional; 1 edition, 299 p.
  1. [Griggs2004] Griggs, Gary M. et Sauter, Vicki; 2004, Quality Management of the Software Industry, IS 425, 31 p.
  1. [Mutafelija2003] Mutafelija, Boris et Stromberg, Harvey; 2003, Systematic Process Improvement Using ISO 9001:2000 and CMMI®, Artech House Publishers; 1 edition,
  1. [Mutafelija2008] Mutafelija, Boris et Stromberg, Harvey; 2008, Process Improvement with CMMI® v1.3 and ISO Standards, Auerbach Publications; 1 edition, 424p.
  1. [SEI2010] SEI; 2010, CMMI® Product Team, Capability Maturity Model Integration ® (CMMI®) for Development, Version 1.3 CMMI®-DEV, CMU/SEI-2010-TR-033.

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s